Histoires et ressources de vie : ils témoignent

Cette rubrique nous offre des regards croisés de personnes ayant des antécédents de cancer(s), d’aidants qu’ils soient de l’entourage proche (famille, amis…) ou d’aidants professionnels de santé voire d’acteurs de la société civile.  En toute sincérité, ils nous livrent librement leur parcours de vie. Malgré les difficultés d’ordre psychologique, sociétal, familial ou d’impact sur la santé après la phase des traitements intensifs qu’ils ont pu rencontrer ou dont ils sont témoins, ils retracent des ressources réconfortantes qui font partie de leur quotidien. Ces parenthèses de vie, ces bouffées d’air donnent toute la force à leur vie.

« Allez à la rencontre de votre corps. Aimez-le ! »

Brigitte

Ma vision

La maladie est un moment unique pour faire le point sur sa vie et prendre des décisions. Qu’est-ce la vie pour moi ? Que veux-je faire de ma vie ? Quelles sont mes nouvelles affirmations pour moi, pour les autres, pour la société ? Quelles actions je mets en place ? Car j’ai décidé de m’y tenir pour toujours.

Les répercussions de la maladie vécues

Les répercussions sont à la fois physiques (fatigue, foie encombré, sècheresse vaginale, précaution permanente pour le bras et le thorax) et psychologiques (angoisses des contrôles médicaux et peur de récidive).

Je n’ai malheureusement pas reçu d’écho du monde médical quant à mes propositions d’aide, puisque je connaissais et pour cause très bien la question. C’est vivement regrettable.

Mes aides

J’ai été très soutenue dès le début de l’opération par un kinésithérapeute très positif. Il m’a conduite à la réalisation de tous mes projets d’aujourd’hui, par sa constance, son humour, sa bienveillance et son professionnalisme.

J’ai écrit avec beaucoup d’humour des textes sur l’opération et les traitements.
J’ai fait appel à des personnes travaillant sur les énergies, le magnétisme, l’équilibre psycho-émotionnel par le massage. J’ai fait une école de massage qui m’a permis de me renforcer et de m’imposer telle que je suis. J’ai, à ce jour, monté une entreprise de massage et soins quantiques. J’ai, par ailleurs, été soutenue par un psychanalyste. Je continue de fréquenter régulièrement ces personnes car on porte en soi pour le restant de notre vie cette renaissance à la maladie.

J’ai rencontré des partenaires intimes  qui tous ont accueilli mon thorax avec chaleur et sans  souci. Ma vie sexuelle n’a reçu aucun dommage, voire même beaucoup d’épanouissement.
La photo m’a poursuivie. Etre vivante m’a permise de continuer de poser avec mon sein unique et de faire des expositions. L’ablation – et la non reconstruction de mon sein – a été mon choix.
Aujourd’hui, je suis devenue naturiste afin de poursuivre mon affirmation de femme dans sa nudité.

Le cancer du sein n’est pas qu’un combat, c’est une victoire sur la conscience de la vie et la célébration que nous devons lui rendre chaque jour. Je suis mille fois plus heureuse aujourd’hui qu’avant le cancer. J’ai 62 ans.

Mon message

Aimez-vous telle que vous êtes. Suivez votre intuition intérieure,  écoutez vos cellules. La première personne qui sait vous guérir c’est vous-même. Aimez vivre, aimez la vie, et repousser tout ce qui pollue vos pensées. Changez vos habitudes alimentaires, émotionnelles, psychologiques  et environnementales. Respectez votre corps, respectez votre âme celle qui vous incite à vivre. Allez à la rencontre tous les jours de votre corps. Aimez-le.

Les politiques doivent s’accaparer du sujet en mettant plus de personnel à disposition pour soutenir les malades, les infirmières, les  kinésithérapeutes, les médecins et les  chirurgiens dans leurs métiers respectifs. Ils n’ont pas le temps d’écouter les paroles des malades. La chimie ne suffit pas, il faut de l’amour !!!